Arrêts notables du Parlement de Tolose (1587)

Peste.

TITRE VII.

Reglement en tems de Pestilence.

Est enjoint à tous les habitans de cette Ville de Toulouse, de quelque qualité & condition qu’ils soient, dés qu’en leurs maisons quelqu’un sera surpris de la maladie, en faire avertir le Capitoul du quartier par leur dixenier, à peine de cinq cens écus & autre arbitraire.

Est inhibé à tous forains & habitans, revendeurs & revendereses, porter dedans la ville de Toulouse, faux-bourgs & gardiage, ni vendre à l’inquant public, ou autrement aucuns habillemens & meubles vieux & ayans servi ; ensemble aux fermiers de l’inquant & leurs commis, proceder à aucuns inquans de vieux habillemens & meubles, sans permission des Capitouls, à la peine que dessus.

Pareillement est enjoint à tous habitans & propriétaires des maifons de ladite Ville, faux-bourgs & gardiage, faire cheminées & privez necessaires en icelles : où à ce faire ils feroient negligens, est permis aux locataires faire apeller les proprieraires, aux dépens des loüanges, lesquels n’étans suffisans pour le remboursement, les proprietez desdites maisons leur sont declarées affectées & hypothéquées pour le surplus ; comme aussi leur est enjoint tenir lesdites maisons nettes, même lesdits privez, pigeoniers, etables, ensemble les ruelles ou cantons, chacun en son endroit, sur semblable peine.

Est aussi très – étroitement inhibé à tous habitans, leurs serviteurs & servantes, repandre, jetter de nuit & de jour par les fenêtres, galeries ou autrement les eaux sales & corrompues ou autres immondices ni charognes aux rues, ruelles ou cantons, fossez & autres endroits de ladite Ville & faux-bourgs d’icelle, ni porter les ordures ou pailles des maisons aux voiries & terroirs du dehors des portes de ladite Ville, mais les porteront ou feront porter à la riviere, ou enterrer. Comme aussi est inhibé à toutes personnes d’aller faire leurs ordures aux renforts des murailles de ladite Ville, haut & bas, à peine du foüet.

Finalement est enjoint à tous habitans faire des feux par les rues dans la Ville, Fauxbourg & Gardiage chacun devant sa maison, comme la nuit approchera, & sur la Diane à la pointe du jour, pour la purgation de l’air ; bien pourront trois ou quatre voisins de même rue assembler le bois destiné pour leurs feux particuliers, & en faire ensemblement un feu plus grand, pour avoir plus d’efficace à purger l’air.

Fait au Consistoire le 14. Avril 1587.

Arrêts notables du Parlement de Tolose, Bernard de La Roche-Flavin, 1745.