Traité de Paris


13 octobre 1259 Londres
Parchemin du traité de Paris

Traité de Paris

Archives nationales-AE/III/3.

Traité de Paris conclu entre la France et l'Angleterre et ratifié à Londres le 13 octobre 1259 par Henri III, roi d'Angleterre, et Louis IX.


13 octobre 1259.


Henris par la grace de Dieu rois dangleterre sires Dillande et dux de Aquitaine. Nous faisons a savoir a tous ceaus qui sunt et qui a venir sunt que nous par la volonte de dieu avec nostre chier cousin le noble roi loeys de France avons pais faite et affermee en ceste maniere.
Cest a savoir que il done a nous et a noz hoirs et a noz succesors toute la droiture que il avoit et tenoit en ces trois evechies et es citez cest a dire de limoges de caors et de pierregort en fiez et en demaines sauf lomage de ses freres se il aucune chose i tiennent dont il soient si homme et sauves les choses que il ne puet metre hors de sa main par letres de lui ou de ses ancessors les queles choses il doit porchacier en bonne foi vers ceus qui ces choses tiennent que nous les aions dedenz la touz sainz en un an ou faire nous eschange convenable a l’esgard de prodes homes qui soient nommez d’une part et d’autre le plus convenable au profit des deus parties.
Et encore li devant diz Rois de France nous dorra la value de la terre de Agenois en deniers chascun an selonc qu’elle sera prisee a droite value de terre de prodes homes nommez d’une part et dautre et sera faite la paie a paris au temple chascun an a la quinzainne de lascension la moitie et a la quinzainne de la touz sainz lautre.
Et sil avenoit que celle terre eschaist de la Contesse Jehane de poitiers au Roi de france ou a ses hoirs il seroit tenuz ou ses hoirs de rendre la nos ou a nos hoirs et rendue la terre il seroit quite de la ferme.
Et se ele venoit a autres que au Roi de france ou a ses hoirs il nous dorroit le fie de Agenois ovec la ferme devant dite.
Et selle venoit en demaine a nous li Rois de france ne seroit pas tenuz de rendre celle ferme.
Et se il estoit esgarde par la court le roi de france que pour la terre de Agenois avoir deussiens metre ou rendre aucuns deniers par raison de gagiere li Roi de France rendroit ces deniers ou nouz tendrions et aurions la ferme tant que nos eussiens eu ce que nous aurions mis pour cele gagiere.
De rechief il sera enquis en bone foi et de plain a nostre requeste par prodes homes dune part et dautre a ce elleuz se la terre que li cuens de poitiers tient en caorsin de par sa fame fu dou Roi dengleterre donee ou baillee ovec la terre de agenois par mariage ou par gagiere ou tote ou partie a sa suer qui fu mere le Conte Raymon de tholose darreenement mort.
Et s’il estoit trouve qu’il eust ainsi este de celle terre li eschaoit ou a ses hoirs dou deces la Contesse de poitiers il la donroit a nous ou a noz hoirs et se elle eschaoit a autre et il est trouve par celle enqueste tote vois que elle eust einsi este donee ou baillie si comme il est dit desus apres le deces de la Contesse de poitiers il donroit le fie a nous et a nos hoirs sauf lomage de ses freres se il aucune chose i tenoient tant comme il vivroient.
De rechief apres le deces le Conte de Poitiers li Rois de france ou ses hoirs Rois de france donra a nous et a noz hoirs la terre que li cuens de poitiers tient ores en xantonge outre la riviere de la charente en fies et en demaines qui soient outre la charente selle li eschaoit ou a ses hoirs.
Et se elle ne li eschaoit il porchaceroit en bone maniere par eschange ou autrement que nous ou noz hoirs laions ou il nos feroit avenable eschange a lesgart de prodes homes qui seront nomez d’une part et dautre.
Et de ce que il donra a nous et a noz hoirs en fiez et en demaines nous et nos hoirs li ferons homage lige et a ses hoirs Rois de france et ausi de bordiax de Baionne et de Gascoingne et de toute la terre que nous tenons de la la mer dengleterre en fiez et en demaines et des illes saucunes en i a que nous teignons qui soient du Roiaume de france et tendrons de lui comme per de France et dux de Aquitainne et de toutes ces choses devant dites li ferons nos servises avenables jusques a tant que il fust trouve queus servises les chosent devroient et lors nous serions tenu de fere les tex comme il seroient trouve.
De lommage de la Conte de Bigorre de Armeignac et de foiensat soit ce que droit en sera.
Et li Rois de france nous claime quite se nous ou nostre anceseur li feismes onques tort de tenir son fie sanz li fere homage et sanz lui rendre son servise et tous arrerages.
De rechief li Rois de france nous donra ce que cinc cenz chevaliers devroient couter raisonablement a tenir deus anz a lesgart de prodes homes qui seront nomez dune part et dautre et ces deniers sera tenuz a paier a paris au temple a sis paies par deus anz. Cest a savoir a la quinzaine de la chandeleur qui vient prochainement la premiere paie cest a dire la siesme partie et a la quinzaine de lascension ensuivant lautre paie et a la quinzaine de la touz sainz lautre et ausi des autres paies en lan ensuivant et de ce dorra li rois de france le Temple ou lospital ou anbedeus ensemble en plege.
Et nos ne devons ces deniers despendre fors que u servise dieu ou de lYglise ou au profit dou roiaume de angleterre et ce par la veue des prodes homes de la terre esleuz par le Roi de angleterre et par les hauz homes de la terre.
Et par ceste pais faisant avons quite et quittons du tot en tot nous et nostre dui fil au Roi de france et a ses ancessors et a ses hoirs et a ses successors et a ses freres et a leur hoirs et a leurs successors pour nouz et pour noz successors se nous ou nostre ancessor aucune droiture avons ou eusmes onques en choses que li Rois de france tiengne ou tensit onques ou si ancesor ou si frere. Cest a savoir en la duchee et an tote la terre de Normandie en la Conte et en toute la terre danjou de touraine et dou Maine et en la Conte et en toute la terre de poitiers ou aillors en aucune partie du Roiaume de france ou es illes saucunes en tient li Rois de france ou si frere ou autres de par eus et touz arrerages.
Et ausi avons quitte et quittons nous et nostre dui fil a touz ceus qui de par le Roi de france ou de par ses ancessors ou de ses freres tiennent aucune chose par don ou par eschange ou par vente ou par achat ou par ascensement ou en autre semblable maniere en la duchee et en toute la terre de Normandie en la Contee et en toute la terre danjou de touraine et dou maine et en la Conte et en tote la terre de poitiers ou ailleurs en aucune partie dou roiaume de france ou es illes desus dites. Sauf a nous et a noz hoirs nostre droiture es terres dont nous devons fere homage lige au Roi de france par ceste pais si comme il est desus devise et sauf ce que nos poissions demander nostre droiture se nous la cuidons avoir en Agenois et avoir la se la cour le roi de france le juge et ausi de caorsin.
Et avons pardonne et quicte li uns a lautre et pardonnons et quictons tous mautalanz de contanz et de guerres et touz arrerages et toutes issues qui ont este eues ou qui porent estre eues en toutes les choses devant dites et touz domages et toutes mises qui ont este fait ou faites de ça ou de la en guerres ou en autres manieres.
Et pour ce que ceste paix fermement et establement sanz nulle enfraignance soit tenue a tousjours li Rois de france a fait jurer en same par ses procureors especiax a ce establiz et si dui fil ont jure ces choses a tenir tant comme a chascun apartendra et a ce tenir ont obligie eulz et leurs hoirs par leur letres pendanz. Et nous de ces choses tenir sommes tenuz de donner seurte au Roi de france des chevaliers des terres devant dites meismes que il nous donne et des villes selon ce que il nous requerra.
Et la forme de la seurte des hommes et des viles pour nous sera telle. Il jurront quilz ne donront ne conseil ne force ne aide pour quoy nous ne nostre hoir venissen encontre la pes.
Et sil avenoit que dex ne vuelle que nous ou nostre hoir venissen encontre et ne le vousisson amender puis que li Rois de france ou si hoir Roi de france nous en auroient fait requette. Cil qui la seurte auroient faite dedenz le trois mois que il les en auroient fait requette seroient tenuz de estre aidanz au Roi de france et a ses hoirs contre nous et noz hoirs jusques atant que ceste chose fust amendee souffisamment a lesgart de la court le Roi de france.
Et sera renouvelee ceste seurte de dis ans en dis ans a la requeste du Roi de france ou de ses hoirs Rois de france.
Et nous ceste pais et ceste composicion entre nous et le devant dit Roi de france afermee et toutes les devant dites choses et chascune si comme elles sunt desus contenues prometons en bonne foi pour nous et pour noz hoirs et pour noz successors au devant dit Roi de france et a ses hoirs et a ses successors loiaument et fermement Agarder et que nous encontre ne vendrons par nous ne par autre en nulle maniere.
Et que riens navons fait ne ne ferons par quoy les devant dites choses toutes ou aucune en tout ou en partie aient mains de fermete.
Et pour ce que ceste paix fermement et establement sanz nulle enfraignance soit tenue a touz jourz nous a ce oblijons nous et nos hoirs et avons fait jurer en nostre ame par noz procureors en nostre presence ceste pais si comme ele est desus devisee et escripte a tenir en bone foi tant comme a nous apartendra et que nous ne vendrons encontre ne par nous ne par autre.
Et en tesmoignage de toutes ces choses nous avons fait au Roi de france ces letres pendanz scellees de Nostre seel.
Et ceste paix et toutes les choses qui sont desus contenues par nostre commandement especial ont jure Edduuard et Eadmont nostre fil en nostre presence Agarder et a tenir fermement et que il en contre ne vendront par elz ne par autre.
Ce fu donne a Londres le lundy prochain devant la feste saint Luc levangeliste. Lan de le Incarnacion nostre Seignour mille CC cinquieme et nuevisme. El mois de octouvre.


Source: Les grandes chroniques de France, par Jules Viard, tome VII, 1932.