Un puits funéraire près d’Agen

On a découvert au lieu dit Couêche, sur le plateau de l’Ermitage, près Agen, un puits funéraire qui a été fouillé par le propriétaire du champ, Pierre Donnadieu. Ce puits dont la largeur est de 1 mètre et la profondeur de 11, est circulaire et le fonds se termine en pointe. Il est parementé en pierres brutes de moyenne grosseur, superposées et juxtaposées sans mortier, le tout formant un mur de 0m,90 d’épaisseur.

Les couches supérieures étaient composées de terre végétale et de débris insignifiants formant un simple remplissage. À partir de 6 à 7 mètres, des infiltrations d’eau avaient pénétré les couches superposées qui renfermaient beaucoup de cendres et les avaient transformées en une vase boueuse. En raison de cette circonstance, les fouilles, qui d’ailleurs n’ont pas été suffisamment surveillées, ne pouvaient pas être opérées avec beaucoup de méthode. On a retiré pêle-mêle du puits une quinzaine de têtes de chèvres, onze têtes de vaches ou de bœufs appartenant à une petite race. Ces dernières portent toutes les traces du coup de maillet frappé sur la face du crâne, comme on opère dans nos abattoirs. Au fond gisaient trois amphores dont les panses sont intactes. L’une d’elles mesurait 1m,40 de hauteur avec son col dont les débris ont été recueillis.

La découverte la plus intéressante est celle d’un casque en fer qui contenait un crâne humain. Il a la forme la plus simple des galea de légionnaires romains. Le cimier, cylindrique, orné de deux rondelles, est perforé au centre, ce qui indique qu’un panache devait y être fixé. Ce casque a été trouvé à la profondeur de 8 mètres. On a retiré de la même couche un coutelas en fer d’une conservation admirable (longueur totale 0m,30, largeur de la lame 0m,035), dont le manche presque cylindrique (0m,08 de largeur, diamètre 0m,014) est plaqué de corne sur les deux côtés. Ce manche n’a d’autre ornement qu’un motif fréquemment appliqué aux objets gaulois : de petits ronds avec un point au centre. Près du coutelas se trouvait une lance en fer (longueur totale 0m,26). Elle est munie d’une douille et affecte la forme d’une feuille de saule avec un renflement dans le bas.

Un second crâne a été trouvé également à une grande profondeur.

Les autres objets les plus intéressants qui aient été recueillis : une lampe en verre cuit dont le bassin est ornée de perles : un flacon de verre à panse carrée, qui a été malheureusement brisé après avoir été retiré intact ; des fragments de vase en terre grise à couverture noire, d’un beau galbe et d’un grain très-fin.

« Les débris d’amphore ont fourni quatre noms de potier : MPORC ; — C. IVNI ; — SEXTATI (empreinte appliquée sur le haut de la panse) ; ODEL (empreinte appliquée au bas d’une anse sur le point d’attache).

Ces divers objets ont été acquis, par les soins de M. Aunac, pour le musée d’Agen.

G. Tholin.

G. Tholin, Un puits funéraire près d’Agen (Lot-et-Garonne).